Prendre soin de soi par l'autohypnose

La pratique de l’autohypnose consiste à apprendre à modifier son état de conscience pour favoriser à travers ce processus un meilleur positionnement dans sa vie, prolonger le travail thérapeutique engagé avec un professionnel, ou encore, mieux gérer au quotidien son stress chronique et autres réactions disproportionnées. Pour répondre à la demande croissante des patients, ce livre est conçu comme un guide pratique pour acquérir les bases et l’aisance d’une pratique individuelle de l’hypnose sécurisée et créative. Au-delà d’une recette miracle qui reste illusoire, les auteurs proposent des outils simples au service des besoins de chacun qui peuvent se complexifier graduellement en fonction des compétences et des envies. Proche de l’esprit éricksonien, le «  sur-mesure  » est au cœur de cet ouvrage qui propose d’apprendre à construire ses propres séances.

En savoir +

Adultes à haut potentiel, déployez vos talents

Cet ouvrage propose de vous donner des moyens efficaces pour être plus à l’aise et mieux utiliser votre ou vos potentiels quels qu’ils soient (créatif, manuel, sportif, relationnel, émotionnel, musical…)
Il vous apporte des éclairages sur votre fonctionnement particulier et de nombreux exercices pratiques pour résoudre vos difficultés, mieux vous adapter ou dépasser vos limites.

En savoir +

Cynthia Fleury

« Les humanités, et notamment la philosophie, défendent une approche du soin globale, dans laquelle la vulnérabilité du patient est prise en compte sans jamais la renforcer, ni la considérer comme synonyme d’incapacité. La vulnérabilité est une vérité de la condition humaine, partagée par tous, et pas uniquement par ceux qui font l’expérience plus spécifique de la maladie. Certes la vulnérabilité fragilise la sujet, mais chacun doit se rappeler qu’elle peut être aussi l’occasion d’une sublimation possible, qu’elle l’est d’ailleurs souvent, tant l’individu reconquiert son individuation à l’aune des épreuves existentielles qu’il traverse. (…) Il ne s’agit nullement, j’insiste, de défendre une approche doloriste de la vérité au sens où l’expérience de la douleur serait source de vérité et d’amélioration de l’humain, mais de rappeler ce trait essentiel de la vulnérabilité, à savoir qu’elle peut – notamment quand elle fait l’objet d’un soin – être capacitaire. »